Au nom des juifs

Publié le par pim

Au quatrième jour de l'offensive israélienne contre la bande de Gaza, vendredi 11 juillet, Benyamin Nétanyahou a prévenu : « Aucune pression internationale ne nous empêchera d'user de toute notre puissance. Nous continuerons tant que nous ne serons pas assurés que les citoyens israéliens peuvent vivre dans le calme. »

Le Monde.fr

C'est au nom des juifs du monde entier, en tant que premier ministre d'un État qu'il veut décréter juif, à présent - un concept racialiste -, que s'opère à la face du monde le massacre programmé d'un peuple ; ce que d'aucuns nomment, non sans raison, puisqu'il en a toutes les caractéristiques, un génocide, la liquidation systématisée d'un peuple par un État.

M. Nétanyahou, donc, entend ainsi "protéger les juifs", leur assurer une vie sereine, une tranquillité d'esprit et de vie.

Le paradoxe et le cynisme, schizophrénie et Alzheimer, la perte de mémoire associée à la folie pure et sanguinaire laissée agissante par cette dite "communauté internationale", qui procède ici à peu près comme elle procéda avec Hitler. Les Munichois d'aujourd'hui sont aussi ceux d'hier qui laissèrent les rodomnotades du fascisme finir par ensanglanter l'Europe, puis le monde.

Il en est de même aujourd'hui où un homme conduit non seulement un pays à l'impasse : comment oser dire vouloir le calme quand on meurtrit, assassine, spolie tout un peuple - qui n'aurait droit à aucune mémoire, donc, ou bien, plutôt, que l'on prétend éradiquer de la surface de la Terre, afin qu'en effet il n'en ait plus aucune, comme ce fut le projet d'Hitler à l'égard des juifs, de ceux-là même au nom desquels M. Nétanyahou ose agir en procédant de même - ? Mais pire encore que les seuls juifs d'Israël, ce sont ceux du monde entier que ce monsieur à la tête d'une croisade meurtrière, sanguinaire autant que démente, met en danger.

Quand bien même, parviendrait-il, par une terreur sans nom, à laquelle la communauté internationale continue de le laisser procéder, à son terrible projet d'une éradication des Palestiniens qui l'ont accueilli sur LEUR terre, pense-t-il aussi éradiquer de la surface de la planète ceux qui lui opposeront la mémoire de ses crimes ? Et comme il est bien connu que la proportion est grande de criminels de guerre à finir dans leur lit, ce n'est pas lui qui paiera pour ses crimes, mais le peuple juif, auquel ce monsieur, en leur nom - le comble du cynisme le plus abject - est en train de faire endosser un génocide, de manière flagrante et assumée.

Un bouc émissaire, voilà ce qui est en train de se construire, patiemment, mais aussi sûrement que le criminel prémédite son crime avant de le commettre. De sorte que dans l'engrenage de représailles et de répression, les juifs deviennent les cibles d'un ressentiment généralisé face à tant d'injustice et d'horreur, pour des crimes qu'ils n'auront pas commis, mais qui auront été commis en leur nom.

 

Le procédé est redondant, usé jusqu'à la corde. C'est au nom de ce que les juifs, fantasmés comme les banquiers du monde, auront comploté contre le peuple allemand et l'auront étranglé, qu'Hitler fit avaler aux Allemands, l'antisémitisme  de son programme.

La théorie du complot, et de l'ennemi qui en est la cause, est une fois encore mise à contribution : c'est bien au nom des victimes du génocide nazi qu'Israël prétend avoir tous les droits, et c'est bien au nom de ces victimes qu'il jouit d'une impunité telle que la communauté internationale en est venue à fabriquer une sorte d'enceinte sacrée, infranchissable, et dont toute violation constituerait un sacrilège. Tel est le sens, d'abord, de ce mur de la honte, qui entoure Israël comme une répétition pathétique de son histoire, du ghetto, dans lequel les juifs sont enfermés autant qu'ils enferment les Palestiniens, accusés de les provoquer alors même qu'ils sont spoliés de tout.

La question qui se pose, inévitablement : quelle religion peut-elle justifier cet "espace sacré" ? La religion de l'Holocauste, de la victime sans cesse remise sur l'autel du nazisme ? Mais qui peut encore croire à cette prétendue religion, quand on mesure à quel point elle ne protège que ses prêtres, sorte de nouvelle caste au-dessus de l'humanité, impunie de ses propres crimes. Le caractère inique, et surtout parfaitement incompréhensible par tout un chacun, d'une telle prétention est aussi bien sa faillite.

Publié dans Israël

Commenter cet article

lediazec 13/07/2014 10:16

Excellent, Pim ! Ce qu'il faut dire, répéter, marteler, dénoncer sans cesse. Merci.
En ce moment, je suis pas mal occupé sur un chantier et n'ai pas trop le temps de m'informer, sauf la radio, ce qui n'est pas une référence..
Lien ajouté au pied de l'article du jour chez les cailloux.

pim 13/07/2014 17:58

Bon courage au navigateur qui doit affronter les 40è rugissants ...
Veinard ! les embruns de la haute mer, en lieu et place des petits soldats de plomb.

lediazec 13/07/2014 17:45

Eh, oui, je repars dès demain matin. J'avais le choix : assister au défilé du 14 sous la houlette de Fromage 1er, ce qui est ma foi esquintant et nauséeux ou m'esquinter les vertèbres pour passer un cap difficile, chose on ne peut plus courante chez les cigales.

pim 13/07/2014 12:19

Merci lediazec. Bien heureux de te revoir parmi US, Nous, les humains, qui sommes TRÈS intelligents, bien que nous soyons, de temps en temps, obligés de travailler. Une honte ! Mais enfin. Faut voir le coté positif : pendant ce temps là, on n'est pas trop éclaboussés par la mierda ambiante qui nous arrose copieusement chaque jour que le Kapital fait, de sorte à ce que nous poussions avec des oreilles en feuille de chou et des yeux éteints. Ce qui a poussé certains jusqu'à dire "Arbeit macht frei" ! Bon ! là, je laisse à ton appréciation ...
Et ... tu y retournes ?....

Rem* 13/07/2014 10:12

Je suis bien d'accord avec l'essentiel de ton billet, Pim. Nos points de vue sont très voisins : je donne le mien dans l'article "La terre et la tête", vu plutôt côté Résistance palestinienne (voir "Cailloux dans l'brouill'art" d'hier 12 juillet - http://rodolediazc.blogspot.fr/ ).

Seule différence d'opinion : complètement convaincu par le grand et courageux historien (israélien d'ailleurs !!) SCHLOMO SAND, je sais que le terme "juif" concerne une appartenance religieuse-culturelle et pas une ethnie, un "Peuple Juif inventé" (titre d'un de ses livres). Israël se vante (dès le projet sioniste réalisé par Ben Gourion à la création d'Israël en 48) d'être "l'État de tous les juifs"... même s'il l'écrit "Juif", entretenant l'ambiguïté voulue entre religion-culture et "peuple ethnique"...
De fait, Israël se veut être "théocratique" (même si Ben Gourion était athée !!) et non racial...

Reste une réalité sociologique évidente ( et nouvelle, 3 ou 4 générations après 1948) qui est la citoyenneté d'une nationalité israélienne ressentie comme telle... Reste à savoir si ce nouveau peuple israélien peut se guérir ou pas de son virus originel du sionisme, ce rêve insensé de NIER l'existence du peuple palestinien, arabe.

pim 13/07/2014 12:34

"il l'écrit "Juif", entretenant l'ambiguïté voulue entre religion-culture et "peuple ethnique"..."

C'est bien sur cette ambiguïté que jouent les sionistes, en effet. Au début du sionisme, il n'était nullement question de religion. Et les religieux israëliens se déclarent le plus souvent anti-sionistes, car selon la religion, il ne peut y avoir d'État juif avant que n'advienne le messie. Les religieux juifs ont souvent dénoncé Israël comme un piège pour les juifs, une manière de leur faire oublier leur religion.

En tout état de cause, l'ambiguïté demeure entre religion et race, au point que certains en viennent à penser, sérieusement, que la religion juive se transmet par les gènes !...
Shlomo Sand dit bien que les juifs actuels en Palestine sont en fait des Européens.
De là à en conclure à une vaste fumisterie occidentale d'occupation de la zone des puits et d'un coin enfoncé dans l'unité arabe - un vieux projet anglais mis partiellement en œuvre.

Toujours est-il que, au-delà des intentions et des théories des uns et des autres, les faits sont là, et sans ambiguïté aucune, quant à eux : Israël est un État raciste, pratiquant l'apartheid, au nom de la supériorité du juif - religieux ou pas, donc en tant que race - sur l'Arabe. La question est là, que valide, dans la pire des veuleries complices, l'Occident, soi-disant au nom de l'Holocauste, une tragédie, certes, mais qui n'est pas celle de la génération actuelle et que, n'en déplaise aux juifs, d'autres ont aussi vécue avec la même intensité : une mort est une mort, quelle que soit la manière dont la personne a été trucidée.
La réalité est plus SORDIDE : L'Occident, antisémite, résout avec Israël "la question juive" qui empoisonna l'Europe pendant quelque siècles ...